19/09/2011

Femme britannique a trouvé un donneur de rein sur Internet

Une résidente du Royaume-Uni, qui a besoin d'une greffe de rein, a placé une annonce sur le Web à la recherche d'un donneur et a reçu une réponse d'une femme inconnue des États-Unis. Elle semblait absolument désintéressée et a accepté de faire don de son rein.

donneur de rein sur internet

Sarah Khan, 37 ans, avait été souffrant de problèmes rénaux depuis 10 ans. Son mari ne correspondait pas au rôle d'un donneur, et les chances d'attendre son tour dans la liste officielle de transplantation ne sont pas assez grandes. Selon les statistiques, environ 3 personnes de cette liste meurent au Royaume-Uni chaque jour, n'ayant reçu aucune aide.

La transplantation d'organes pour une compensation monétaire est interdite dans le pays, donc les patients sont souvent obligés d'aller aux pays pauvres pour la transplantation, car les gens là-bas sont prêts à faire don de leurs organes pour de l'argent.

Sarah Khan a choisi un chemin différent, en utilisant les services de la fondation American Flood Sisters Kidney, qui l'a aidée à placer une annonce de recherche d'un donneur sur différents sites web. En conséquence, la demande a été répondue par une citoyenne américaine nommée Dana Claymont, prête à sacrifier un de ses reins.

Maintenant Khan doit trouver un hôpital qui accepte de mener l'opération, si un expert indépendant est d’accord. Selon les experts, les lois britanniques n’interdissent pas les transplantations d'organes entre des personnes qui n'ont pas de relations génétiques ou émotionnelles.

Ceci est considéré comme le premier cas au Royaume-Uni, lorsque le patient a été en mesure de trouver un “donneur direct“. Les autorités britanniques estiment que cet exemple peut conduire à une augmentation du nombre de personnes qui ont décidé de chercher des donateurs sur Internet plutôt que d'attendre sur la liste du NHS ou de faire une opération risquée et illégale à l'étranger.


Rechercher ce blog